samedi 4 juillet 2015

Une communication efficace !

Comme vous tous - du moins je le suppose - je reçois des messages électroniques non sollicités, des "spams", des "pourriels". Je les détruis bien entendu, sauf quand l'envie me prend de les utiliser pour illustrer mes propos. Je me souviens d'un "certifiés-vous" assez désopilant...

Aujourd'hui, c'est du même tonneau. Une "infolettre" me promet de doper mon développement commercial avec une communication efficace. Cela pourrait m'intéresser si la personne qui m'interpelle communiquait elle-même de manière efficace. Je vous laisse juger :


Mes critiques ? Elles sont nombreuses :
  1. Sa police de caractère ne s'affiche pas convenablement dans mon client de messagerie. Je sais que c'est le résultat d'un conflit entre le jeu (c'est un réglage html, on ne parle pas de la police, mais de la manière dont elle va être reconnue) de caractère qu'elle a choisi et les réglages que j'ai sélectionnés dans mon client de messagerie. Si je faisais une modification, l'affichage serait parfait. Mais je n'ai pas invité cette dame, c'est elle qui s'impose; elle doit donc s'adapter à mon environnement, et pas l'inverse;
  2. La première phrase (je cite : "Inscription au salon des RIDY qui aura lieu le 8 octobre prochain à Auxerrexpo.") est bancale, je ne comprends pas si cette dame nous annonce qu'elle vient de s'inscrire, ou que les inscriptions sont ouvertes, ou qu'elle m'encourage à m'inscrire...
  3. Il m'a fallu faire un effort pour comprendre ce qu'était le salon des RIDY (les Rencontres Industrielles De l'Yonne, tout simplement). Comme je n'habite pas à Auxerre, ni dans l'Yonne, ni même en Bourgogne, ce sigle ne m'a pas parlé instantanément. Or, quand le lecteur ne comprend pas le titre, il y a de fortes chances qu'il décroche aussitôt;
  4. Je ne vois pas ce qu'on entend par la "qualification de fichiers". Même en lisant, je me dis qu'il s'agit de qualifier le contenu du fichier, pas le fichier lui-même...
  5. Le logo qu'elle a choisi (une feuille d'érable) et l'image (une forêt du Nord-Est américain à l'automne) renvoient immédiatement au Canada. Il y a une grosse incohérence entre le message envoyé ("je suis Canadienne", ou "j'aime bien le Canada", ou encore "je travaille avec le Canada") et la population ciblée (les industriels du Nord-Ouest de la Bourgogne);
  6. Un logo écrit en noir sur fond gris soutenu, ce n'est pas lisible. Or un logo devrait, à mon Sens être un vecteur de communication efficace et pour cela, il doit être vu;
  7. Un texte en noir sur un arrière-plan de lac sombre : ce n'est pas lisible non plus;
Bref, je ne pense pas que cette dame soit une grande professionnelle de la communication, et donc je vais la laisser à ses courriels.

Mais alors, pourquoi en faire un billet ? Si j'oublie l'irritation ressentie face à cette intrusion grossière ? Pour illustrer, une fois encore, les dégâts que peuvent faire l'incompétence et l'outrecuidance. Les entreprises françaises (et pas seulement elles) sont, nous dit-on, à la recherche de compétitivité. Mais comment la trouver si les acteurs ne sont pas professionnels, s'ils font "de leur mieux", quand le résultat est insuffisant ?

Pas réjouissant, avant les vacances !

H