mardi 20 octobre 2015

Militantisme (et casse-pieds)

J'ai beaucoup de respect pour les militants. Des individus passionnés, qui croient en ce qu'ils font, qui portent leurs idées contre vents et marées. Même quand je condamne les idées en question.

J'accepte aussi que ces militants utilisent des méthodes s'apparentant au marketing pour diffuser les idées en question. Et donc, j'accepte également de voir ma boîte courriel remplie de ces prospectus plus ou moins bien écrits. Le plus souvent je les envoie directement à la poubelle. Mais hier, j'ai eu l’œil attiré par le titre du message : "Marie plutôt que Charlie". J'avoue même que j'ai lu "Mari(n)e", peut-être parce que la radio évoquait l’actualité judiciaire, au tribunal correctionnel de Lyon, qui voyait une Marine fameuse défendre ses idées à elle.

Ce message provient de la maison d'édition #Terramare (qui se trouve, mais c'est probablement un hasard, être dirigée par un certain Grégoire Boucher, lequel est aussi trésorier de Jeanne, un micro parti politique, et qui à ce titre a lui aussi une actualité judiciaire).

Ce message fait la promotion d'un livre racontant le parcours ayant mené deux adultes à l'adoption d'une petite fille. Adopter un enfant est une chose fort généreuse, et je témoigne de tout mon respect envers les parents adoptifs.

Ce qui m'a choqué, c'est l'accroche : "Face à l'insondable et pitoyable bêtise de Charlie qui utilise une rhétorique explicitement eugéniste, c'est à dire raciste, d'un racisme chromosomique, lisez plutôt Marie, tombée du nid !"

Ce verbiage agressif, hors sujet, imbécile (c'est à dire "peu capable de comprendre et d'agir judicieusement") est inutilement provocateur et exaspère le client potentiel. Si le livre est bon, pourquoi donc remuer des cendres ? Qu'est-ce que Cabu et Wolinski ont à voir avec un livre sur un parcours personnel ? Qu'a dit ou écrit Bernard Maris pour être traité de "raciste chromosomique", quoi que cette expression puisse signifier ?

J'ai écrit en ce sens à l'expéditeur. Qui m'a aussitôt renvoyé son message. Alors, je fais de la publicité : Monsieur, vous êtes un sot (personne sans jugement) puisque vos actions vont à l'encontre de vos intérêts, un cuistre (fier d'étaler un savoir mal assimilé) puisque vous déformez la pensée d'individus respectables, importun (qui fatigue par ses assiduités et une présence hors de propos) puisque vous revenez après avoir été prié de déguerpir. Si vous pensez assurer la promotion de vos auteurs avec ce genre de comportement, ils ont du souci à se faire.

Mais peut-être le service que vous leur devez passe après votre propre satisfaction ? Si tel est le cas, c'est une étrange vision de l'éthique.

H