dimanche 18 octobre 2015

On reparle du diesel

J'ai entendu récemment un commentateur, à la radio, dire "le diesel est nocif, c'est pour cela qu'il doit être supprimé" (je ne garantis pas le mot-à-mot, mais c'était l'idée).

La technologie Diesel génère en effet des imbrûlés, que l'on va retrouver sous forme de microparticules dans l'atmosphère. C'est un fait avéré. Et même si de nombreuses voitures sont aujourd'hui équipées de filtres à particules, leur efficacité ne sera jamais de 100,0%.

Ceci dit, l'essence sans plomb est nocive elle aussi. Lorsqu'on a retiré le plomb téhraéthyle du "super" et de "l'ordinaire" de ma jeunesse, on l'a remplacé par du benzène. Or, le benzène est toxique. C'est un cancérogène reconnu. Et c'est tellement vrai qu'il est interdit de proposer à la vente au public des produits qui en contiennent plus de 0,1%. Seule exception, mais de taille : les carburants automobiles, qui en contiennent jusqu'à 1%...

L'Union Française des Industries Pétrolières nous apprend que sur le seul mois de Septembre 2015, 4,33 millions de mètres cubes de carburants routiers ont été vendus en France, dont 80,1% de gazole. L'essence sans plomb représente donc 19,9% de ces 4,33 millions de mètres cubes. Soit 861 670 mètres cubes. A 1% de benzène, cela fait tout de même 8 617 mètres cubes de produit cancérogène. Les carburants routiers ne sont pas les seuls à générer du benzène, mais c'est tout de même une source non négligeable. Si on la multiplie par 5 en supprimant le gazole, que va-t-il se passer ?

Anecdote : un de mes clients doit remplacer un véhicule de fonction, et le conducteur a souhaité avoir un véhicule essence. "Impossible, je crois que c'est interdit, qu'on ne peut avoir, à titre professionnel, que des véhicules diesel" a répondu le patron. Erreur ! Il est possible d'acheter un véhicule essence. Mais dans ce cas, adieu à la récupération de la TVA. De manière surprenante, en France, la TVA n'est récupérable que sur le gazole, pas sur l'essence.

On rend les choses plus claires quand ?

H