mercredi 2 avril 2014

Certitudes, servitude

Joli titre, en page 7 du Figaro d'aujourd'hui 2 avril 2014 : "Européennes : UMP et FN devancent le PS". C'est écrit au présent de l'indicatif, donc cela indique "une action qui se déroule au moment où l'on s'exprime". Accessoirement, le "e" minuscule mesure 8,5 mm de haut.

Oui, mais ... les élections Européennes ne se tiendront que dans 7 semaines. Ont-ils donc une boule de cristal, au Figaro ? Regardons de plus près. Ah, ben non, en fait, il ne s'agit que d'un sondage.

En caractères bien plus petits (le "e" minuscule ne mesure plus que 3 mm de haut), il est écrit "Sondage : les intentions de vote aux européennes". Et les chiffres sont sans appel : PS 18%, UMP 22%, FN 20%. Mais, en encore plus petit (le "e" minuscule ne fait plus que 1 mm de haut) il est indiqué que seules 1053 personnes ont été interrogées.

Avec un tel échantillon, l'incertitude est de ± 4% sur chaque résultat. Autrement dit, on devrait présenter les choses ainsi:
PS : 18 ± 4%, ou PS : 14 à 22%
UMP : 22 ± 4%, ou UMP : 18 à 26 %
FN : 20 ± 4%, ou FN : 16 à 24 %

Les 3 fourchettes se recouvrent ! En d'autres termes, le sondage permet de prédire, avec un risque minime (1%) que "l'on aura peut être FN 23%, PS 21% et UMP 19%, à moins que ce ne soit PS 22%, FN 21% et UMP 18%, ou n'importe quoi d'autre".

Bref, du n'importe quoi statistique... Mais bon. On a l'habitude, n'est-de pas ?

D'ailleurs, je fais ici l'hypothèse que l'on a les résultats bruts, c'est à dire que les analystes n'ont pas "redressé" les résultats, ce qui rendrait ces chiffres tout simplement inexploitables, et je serais en train de perdre mon temps.

H